L’HISTOIRE DU PORTO




Le Portugal est un pays de tradition viticole ancestrale. Les conditions préalables sont remplies, des climats différents adaptés pour chaque type de vin, des sols fertiles et de nombreuses variétés de ceps pouvant s’y conformer. La région la plus connue, celle qui bénéficie de la plus ancienne appellation est le Haut Douro. Située au Nord Ouest du pays et jusqu’à cent kilomètres au Nord de la ville de Porto, la région s’est fait connaître grâce à au vin de Porto dès le XVII°e siècle. Le Porto et le Douro sont indissociables, le Douro est la région qui a donné vie au Porto.

A la fin du XV°e siècle, la capitale Lisbonne était au centre du commerce maritime mondial. Depuis son port les communications maritimes reliaient l’Afrique, les Indes et les Amériques. Les anglais, privés de vin de Bordeaux suite à un embargo prononcé à leur encontre trouvèrent dans le vin portugais des caractéristiques similaires. En 1703 les britanniques, en signant un traité de coopération, négocièrent afin de fonder au Portugal des maisons de négoce en échange d’une baisse des taxes sur le vin de Porto. Le vin du Douro est plus cher que le Bordeaux et supporte moins bien le transport. Un négociant britannique eu alors l’idée d’ajouter de l’eau de vie au vin de Porto, le rendant moins fragile, son goût fut également très apprécié. C’est ainsi que le produit se présente encore aujourd’hui.

La demande en vin de Porto explose, pour y remédier la production augmente mais au préjudice de la qualité. Afin de garantir des critères de qualité un comité fût crée en 1756. Les meilleurs vins sont exportés, ceux dont la qualité ne répond pas aux normes sont vendus localement. Ce comité est le précurseur des appellations d’origine contrôlées. Le cadastre des rives du fleuve Douro fut établi pour garantir la provenance des vendanges et réglementer la production de Porto. Le comité détient le monopole pour la culture des vignes du Haut Douro grâce à sa compagnie, la Companhia Geral do Grao Para e Maranhao, il gère également les exportations de cacao

Mildiou et phylloxéra

Dans les vallées du Douro on rencontra le mildiou pour la première fois en 1848, il dévastera les cultures entre 1851 et 1856, réduisant le montant des récoltes de moitié. Finalement le mildiou sera éradiqué et on replantera totalement les ceps de la région. En 1868, alors que la production retrouve son niveau des années 1840, c’est la phylloxéra, maladie causée par un puceron ravageur de la vigne qui atteint les récoltes et s’implante dans tout le pays. L’insecte est originaire des Etats-Unis, il provoque une grave crise dans le vignoble européen. Cela tombe au moment même où l’import de porte-greffes issus de plants américains est suspendu. L’utilisation de ces plants naturellement résistants à la maladie sera à nouveau autorisée en 1883. Malgré cette crise la production de Porto ne chute que de vingt pour cent.

L’intervention politique

En 1933 fut fondée la Maison du Douro (Casa do Douro) pour la réglementation et la protection de la production. A la même époque fut établi l’Institut du vin de Porto, c’est cet institut qui désignera plus tard les millésimes qui seront appelés Vintage ou Colheita. L’IVP contrôle la qualité des vins et la quantité qui doit être commercialisée. Moins il y a de vin sur le marché plus les prix et la qualité restent élevés.

On recense près de trente trois mille vignerons qui produisent des raisins pour le Porto, chacun exploitant de très petites parcelles. De nos jours, les producteurs sont répartis en trois catégories. Les producteurs embouteilleurs, les caves coopératives et les grandes compagnies de négociant. Les producteurs embouteilleurs ne peuvent acheter ni vins ni raisins tandis que les grandes compagnies, profitant d’un quasi monopole assemblent des vins provenant des coopératives. Miguel Champalimaud, exilé pendant la révolution qui débuta en 1974, sentant le potentiel de son terroir, obtient en 1986 le droit d’embouteiller lui-même son Porto alors que pendant des décennies ce privilège était interdit aux vignerons. Désormais les situations de monopole n’existeront plus.

Il existe depuis 2004 une nouvelle organisation officielle pour la certification et le contrôle des vins de Porto dans la région du Douro. C’est L’IVDP Institut des Vins de Douro et Porto, chargé de réguler le secteur viticole, c’est un organisme public et interprofessionnel. Il remplace désormais L’IVP et la Maison du Douro et s’en attribue les compétences. Actuellement l’IVDP supervise l’ensemble de la politique viticole de la région du Douro.

Au sujet de

Gomes Vins importe des vins du Portugal, d’Espagne et de France. Nous avons plus de 30 ans d’expérience dans la commercialisation de ces vins. La caractéristique des vins de Gomes Vins est leur excellente qualité. Ils proviennent des meilleurs producteurs et sont élaborés par des œnologues de renom.

Tel:
++41 61 303 04 50
Fax: 
++41 61 303 04 54

   
E-mail
gomesweine@gomes-weine.ch
   
Heures d'ouverture
Lundi - Vendredi: 09:00 - 12:00 et 14.00 – 18.30
Samedi: 10.00 – 16.00
Sur rendez-vous